La révolution gronde

Tout a commencé en été 2017, alors que la promotion du Master 2 Création éditoriale multi-supports de la Sorbonne ne se connaissait pas encore. « Cours camarade, le vieux monde est derrière toi ! » fut le thème annoncé aux étudiant·e·s, qui allaient se rassembler autour de la création de l’ouvrage qui secouerait mai 2018.

Chaque année, la promotion du M2 CREM de Paris-Sorbonne se voit attribuer un thème, à partir duquel va découler la production et la publication d’un ouvrage. Divisé en pôles à l’image de ceux d’une « véritable » maison d’édition, l’ensemble de la promotion s’est concerté et a travaillé ensemble vers son accomplissement final : la présence de l’ouvrage au Salon Livre Paris au mois de mars 2018. Nous sommes tous en apprentissage depuis un ou deux ans, dans des maisons d’édition plus ou moins grandes, indépendantes ou appartenant à un groupe : cela nous permet de rassembler nos compétences diverses et de renforcer la pertinence de notre travail en s’appuyant sur nos expériences professionnelles.

Si le thème donné s’avère être l’un des slogans scandés pendant mai 68, ce n’est pas un hasard, car il faut le célébrer ce cinquantenaire. Débats et sondages ont été les maîtres mots de la promotion, et notamment quand à la visée de notre ouvrage : souhaitions-nous nous positionner dans le mouvement de mai 68, ou bien emprunter un autre chemin et interpréter le slogan en occultant son origine ?

La promotion s’est finalement entendue sur sa volonté de conserver la référence à mai 68 et de déclencher sa propre révolution : mai 2018, la grande révolution moderne.

Les Cahiers de l’Asphalte étaient nés.

L’appel à contributions a été lancé le 13 octobre 2017, et a été relayé sur les réseaux sociaux, dans de nombreuses librairies, ainsi qu’au sein d’ateliers d’écriture. Une classe de 6e s’est également jointe à l’aventure en proposant de délicieux slogans !

Le 25 novembre, après cinq jours supplémentaires accordés à nos contributeurs, nous possédions un total de 150 contributions, tous genres confondus. Notre appel à la révolte avait été entendu ! Une cinquantaine d’auteur·e·s est arrivée jusqu’à la fin de la sélection, mais le choix a été rude : chaque étudiant·e s’est battu·e avec force et détermination pour ses idéaux, et ses textes favoris.

Pour accompagner les textes, les illustrations et les BD, nous avons fait appel à deux talentueuses illustratrices de l’école de Condé pour illustrer notre ouvrage : Manon Skotnicki et Ludivine Proisy. Les contributions, les deux illustratrices ainsi que nos trois graphistes nous ont permis, grâce à leur imagination sans limite, d’avoir une maquette puissante avec un visuel fort : idéal pour porter notre message.

Nous avons disposé de moins de deux mois pour sélectionner les auteur·e·s que nous allions porter à travers ce recueil, pour travailler avec eux afin de les diriger dans la correction et l’amélioration de leurs œuvres pour les intégrer à la maquette de notre ouvrage.

Trente personnes sur un ouvrage, c’est de l’inédit dans le monde de l’édition. Même si les différents secteurs interagissent entre eux dans ce milieu, toute la maison ne se concerte pas à chaque avancée : dans notre cas, les décisions majeures se prenaient ensemble. Pour en arriver au livre où nous sommes aujourd’hui, de nombreux débats houleux ont eu lieu ; sur un coin de table, ou sur des chaises rassemblées en un demi cercle approximatif : on construit la révolution de mai 2018, petit à petit.

L’ouvrage est composé de 192 pages de réflexions, de décisions, d’interrogations, d’errances et de révoltes. Le fond et la forme se rejoignent : un livre brut, rugueux, avec reliure apparente et à la forme d’une brique que l’on lance loin, loin en avant pour venir frapper les obstacles entravant le chemin jusqu’à nos convictions. L’ouvrage est recouvert d’une jaquette qui dépeint une foule en marche : les pancartes sont vides, prêtes à recevoir les revendications du lecteur.

Le 15 février 2018, notre révolution, baptisée Mai 2018, Dernier inventaire avant révolution est partie en impression, dans les temps pour fouler avec nous les pavés de la porte de Versailles au Salon Livre Paris, édition 2018.

Nous sommes une promotion de trente étudiant·e·s, nous sommes des éditeurs·trices en devenir. Nous sommes un collectif de cinquante auteur·e·s, nous sommes deux illustratrices : nous sommes Mai 2018, Dernier inventaire avant révolution.

Rejoins-nous pour mai 2018, et retrouve-nous à Livre Paris du 16 au 19 mars 2018 sur le stand S52.

4 réponses sur “La révolution gronde”

  1. Je croyais qu’il y aurait appel à contribution !
    Son cela va rester dans les travaux universitaires ! Avez vou pensé â Ulile ?
    Plus les gens contribuent. , plus voué pouvez proposer des suppléments.
    Ce serait un beau projet mais je suis malade et bien incapable .

Répondre à Arturo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *